4 typologies de clients difficiles à connaître… et à apprivoiser

Les commerçants et les entreprises vivent de leurs clients. Sans client, il n’y a pas d’entreprise et sans entreprise, il n’y a pas d’argent : tout simplement.

Il est donc plus qu’important d’entrer en contact positivement avec le client, quel qu’il soit. Malheureusement, les clients « faciles » ne sont pas légion : ne pensez pas qu’il suffit d’ouvrir vos portes pour vendre et voir vos clients repartir tout souriants… Il y a souvent des clients qui sont particulièrement difficiles, et qu’on est plutôt content… de voir repartir. Quels types de clients existe-t-il ? Y a-t-il des clients difficiles types ? Lisez la suite pour en savoir plus et découvrir 5 clients « difficiles » et souvent rencontrés.

Le client stressé… et stressant

Ce client ne veut en fait pas être ici et, si possible, ne veut pas être vu. Ces clients-là ont tendance à se sentir mal à l’aise dans les magasins ou parmi les gens et préfèrent donc acheter en ligne. Ce type vous salue, le cas échéant, avec une poignée de main molle. Il déteste que vous le touchiez ou que vous vous approchiez trop de lui.

Traitez-le comme un cerf timide. Gardez vos distances, soyez très poli et calme, ne posez pas de questions privées et essayez de le rassurer : vous êtes comme lui, vous n’aimez guère être intimidé…

Les clients indécis et chronophages

L’indécis n’est pas aussi timide que le client précédent, mais il est nettement plus agaçant. Il pose 10 fois toutes les questions sur le produit et n’est toujours pas sûr de faire le bon choix. Peut-être qu’il se frotte le menton pensivement ou qu’il n’arrête pas de dire « Je ne suis pas sûr » ou encore « Et comparé à ce produit ? »

S’il pousse les choses à l’extrême, vous voudrez probablement le forcer à prendre une décision. Mais bien sûr ce n’est pas possible. Convainquez-le avec vos compétences verbales et dites-lui quelques avantages du produit : soyez aussi factuel que possible et restez calme, il finira bien par faire un choix si vous lui exposez toutes les options qui s’offrent à lu.

Le client d’accord… mais qui ne signe pas

Oui il mettra vos nerfs à rude épreuve. Il est réservé, hoche la tête et est d’accord avec tout ce que vous dites mais il reste silencieux comme une huître. Si vous n’êtes pas mentaliste, cela va s’avérer difficile… Vous ne pouvez lancer une contre-attaque massive ici que si vous pouvez en tirer des informations avec de courtes questions oui/non ciblées.

Proposez-lui rapidement quelque chose et demandez-lui s’il aimerait acheter ce XY particulièrement beau. Le oui man idéal dira oui ici aussi et vous saurez, en lui présentant un contrat ou un prix, s’il est vraiment prêt à sortir la carte bleue.

Le client suspicieux

Le suspicieux est aussi taciturne que le précédent, mais il est plus complexe. Pour faire passer ce prospect au titre de client, il va falloir gagner sa confiance. Car fondamentalement, ce client-là ne vous fait pas confiance. Peut-être qu’il vous regarde de temps en temps ou qu’il fronce les sourcils régulièrement. De temps en temps, il demande soudainement quelque chose et vous devez alors répondre rapidement et avec justesse pour le satisfaire. Avec le client suspicieux, il faut être convaincant et spontané pour espérer conclure une vente !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *